TIRU - Valorisation des déchets

Accueil > Français > Santé Sécurité Environnement > Rejets liquides et solides

Rejets liquides et solides

 Eaux et boues résiduaires
Les effluents liquides générés par les sites industriels doivent être épurés avant d’être rejetés dans le milieu naturel ou dans les stations d’épuration urbaine. Entrent notamment dans cette catégorie, les eaux issues du traitement humide des fumées, les eaux de lavage des sols, de refroidissement des mâchefers et de nettoyage des chaudières.
Les usines disposant d’un traitement des fumées par voie humide sont équipées de traitement des effluents liquides. Les eaux y sont épurées. Les boues récupérées sont évacuées en Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND).
Les rejets d’effluents traités font l’objet d’un suivi en continu de leur pH et, depuis le 28 décembre 2005, de leur concentration en COT (Carbone Organique Total). Des mesures journalières de MES (Matières En Suspension) et de DCO (Demande Chimique en Oxygène) sont réalisées. Des campagnes mensuelles très complètes, notamment sur les métaux, effectuées par un organisme extérieur, permettent de suivre leur qualité.

 Où stocke-t-on les résidus d’épuration ?
En France, les REFIOM (Résidus d’Epuration des Fumées d’Incinération des Ordures Ménagères) sont stockés dans des Installations de Stockage de Déchets Dangereux (ISDD) spécialisées, strictement contrôlées, après avoir été stabilisés dans un ciment adapté, ou expédiés en Allemagne en tant que matériau de comblement de mines de sel.

 Les Mâchefers tracés à la loupe

Les mâchefers sont des résidus de la combustion des déchets ménagers constitués dans leur grande majorité des matériaux incombustibles (verre, métaux…). Ils représentent environ 20% du tonnage incinéré et peuvent être valorisés en technique routière (sous-couche et remblais).
Les critères d’acceptabilité à respecter pour permettre le recyclage en technique routière sont désormais encadrés par un arrêté ministériel qui vient remplacer la circulaire de 1994. L’arrêté définit de nouvelles règles de gestion, de contrôle de la qualité et de valorisation applicables à partir du 1er juillet 2012. Il renforce également la procédure de traçabilité qui permet de savoir, pour un chantier donné, de quelle Installation de Maturation et d’Elaboration (IME) et de quelle unité de traitement thermique des déchets proviennent les mâchefers.
Cette nouvelle réglementation impose une phase de maturation et d’élaboration pour retirer les métaux ferreux et non ferreux. Ensuite, toute une série de tests sur le mâchefer élaboré permet de déterminer s’il peut être valorisé ou s’il doit être stocké en Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND).
Le processus d’établissement des nouveaux textes réglementaires a permis de confirmer, s’il en était besoin, que les mâchefers peuvent être valorisés tout en respectant l’environnement et ainsi économiser de la ressource naturelle (granulats issus de carrière).
Un guide d’application de cette nouvelle réglementation est disponible auprès du SETRA (Service d’étude sur les transports, les routes et leurs aménagements).